Histoire

Au Burkina Faso, une productrice d’oignons adopte le concept de ferme agri-solaire Histoire

18 mars, 2021

Il y a une dizaine d’années, après avoir acquis de l’expérience sur un site maraicher appartenant à son mari sur le bord du fleuve Mouhoun au Burkina Faso, Mme Eya Kankouan a entrepris de s’installer à son propre compte. Pour ce faire, elle aménage un périmètre maraicher de 1 ha pour développer la production d’oignon avec l’appui de ses enfants.

A l’image de plusieurs autres femmes du village de Nyfou et de la région de la Boucle du Mouhoun, Eya s’est engagée aussi dans la production maraichère afin de générer des revenus pour ses besoins et ceux de sa famille. Elle produit dans son champ essentiellement des aubergines, des choux, du piment, de la tomate et des oignons à partir de deux puits creusés à la main. Ces puits avec une profondeur chacun de 8 m environ, font que l’arrosage des plantes est pénible pour elle et ses enfants. Elle passe pratiquement près de 10h-personnes de temps par jour à puiser et à arroser ses plantes. Et cela ne lui permet pas d’avoir les résultats escomptés en termes de qualité de production et de revenus.

Stockage d’oignons produits avec l’appui du projet ECED-Mouhoun

Avec l’appui du projet ECED-Mouhoun, Eya s’est dotée depuis le 11 janvier 2020 d’un kit solaire – composé d’une Motopompe solaire de 3-4m3/h et un Polytank de 500 litres. Ce kit de pompage d’eau au solaire a été installé avec la participation et la contribution d’Eya qui a d’ailleurs opéré le choix des équipements et du fournisseur. A travers son réseau d’animateurs de proximité (vulgarisation agricole), le projet a également permis de renforcer ses compétences dans l’utilisation et la maintenance adéquate du système solaire, dans la gestion de micro-entreprise ainsi que dans les techniques de production et de conservation de l’oignon – préparation des planches, mise en place de la pépinière, entretien et protection des plantes, maitrise des techniques pré et post récolte.

Eya a su très bien résumer son changement d’attitude et sa motivation en montrant son cahier de gestion:

« Vous voyez ce cahier que je tiens, je fais le bilan de mes activités avec et je peux vous dire avec précision les revenus que j’ai obtenu. C’est pour vous dire qu’au-delà des équipements que j’ai obtenus, j’ai aussi eu de nouvelles connaissances en matière de gestion de façon générale. Le bénéfice de tout ça ne saura se comptabiliser ».

Le passage du système de puisage manuel de l’eau à un puisage automatisé avec la motopompe solaire a induit un énorme gain de temps pour Eya et ses proches lui permettant d’intensifier son site de production et de recruter du personnel local.

Eya fait des notes dans son cahier de gestion

Avec la motopompe solaire, ses revenus ont pratiquement triplé. Eya est satisfaite de son équipement et apprécie fortement l’appui reçu du projet ECED-Mouhoun et le dispositif de suivi mis en place qui lui permet d’être toujours en contact avec les promoteurs ainsi que le fournisseur d’équipements.

Le projet Énergie et croissance économique durable dans la région de la Boucle du Mouhoun (ECED-Mouhoun) est un programme multisectoriel en énergie, santé, agriculture & artisanat (2017-2021), d’un montant de $18,2 millions dollars canadiens, entrepris en collaboration avec Affaires mondiales Canada, Windiga Energie et l’Agence burkinabé d’électrification rurale du Burkina Faso. Il vise à favoriser une croissance économique inclusive et durable dans la région en améliorant les moyens de subsistance et les possibilités d’emploi pour les jeunes, les femmes et les hommes grâce à l’électrification des communautés rurales et la création d’un environnement propice à un développement respectueux du climat.

La motopompe solaire contribue à une meilleure productivité agricole

Related Content



Façonner un avenir meilleur avec Cowater
Joignez l’équipe